Les actualités
15 septembre 2022

Défense des artistes de rue


Featured image for “Défense des artistes de rue”
Réveillons Saint-Malo Association

Jet d’œufs et prestations perturbées à Saint-Malo, des artistes de rue pris à partie

Feature Title

This is the feature description, where you can go into more detail about the item mentioned here.

Bonjour à tous,

Suite à l’article de presse ci-après faisant mention de violence sur de jeunes artistes de rue, nous avons contacté ceux-ci et avons échangé longuement au sujet de leurs conditions de travail à Intra-Muros.

LIRE L'ARTICLE : OUEST-FRANCE 25/08/2022 >

LIRE L'ARTICLE : OUEST-FRANCE 13/09/2022 >

Nous avons aussi appelé l’adjoint au chef de la police municipale, le service animations de la Ville de Saint-Malo, et le journaliste ayant écrit l’article.

Tous, unanimement, dénoncent des comportements inadmissibles de la part de ces quelques personnes agressives vivant ou séjournant dans Intra-Muros. Et tout comme la police municipale l’a fait, nous insistons sur le fait que ce sont fort heureusement des cas isolés. Mais pas moins dangereux potentiellement. Des invectives, un jet d’œuf, et demain? Une bouteille? Un pot de fleurs? Sur un artiste de rue, un enfant, vous?!

Ce genre de comportement hystérique et dangereux ne doit pas rester sans une réponse ferme pour protéger la population de ces malades. Nous sommes donc allé au commissariat de police de Saint-Malo quelques jours plus tard pour accompagner le jeune artiste de rue qui, après une première journée houleuse avec un voisin d’Intra-Muros, s’était vu attaqué par un jet d’œuf le lendemain.

Après avoir lu un peu partout ensuite que tout le monde condamnait unanimement ce geste (police, mairie, comité de quartier, employés municipaux, journalistes, habitants, passants, …), la question fut: “Ok mais qui fait quoi pour empêcher que ça recommence un jour avec peut être un pot de fleurs ou une bouteille la prochaine fois? Et que cela fasse un blessé? Ou pire…”

Personne ne pouvant porter plainte pour ces faits, sauf l’artiste visé lui-même, nous sommes donc allé ensemble au commissariat pour aller au bout de cette démarche qui consiste à faire passer le message suivant à partir d’aujourd’hui:

AUCUNE violence verbale ou physique ne sera plus désormais tolérée à l’encontre des artistes de rue du centre-ville historique de Saint-Malo. Et à chaque fois que nous en serions alerté, et que nous pourrions le faire, nous accompagnerions les artistes pour déposer une plainte qui finira bien un jour ou l’autre par envoyer un de ces dingues entre d’autres murs beaucoup moins accueillants que ceux d’Intra-Muros…

Cette fois-ci, l’auteur n’ayant pas été identifié, il échappera donc à la justice. Mais une première action défensive et préventive est désormais en place depuis hier, 8 septembre 2022. Fini d’insulter les artistes, de leur mettre des coups de pression, ou de leur jeter des projectiles (bande de courageux qui osent s’attaquer à des gamins de 20 ans depuis leur fenêtre!)

Lisez ce passage du témoignage de l’artiste visé. Cela fait des années que nous entendons ça et en sommes témoins depuis trop longtemps:

“Je suis artiste de rue depuis l'été dernier. En 2021, j'ai été à plusieurs reprises victime de nombreuses insultes de plusieurs habitants. Les commerçants autour sont sortis de leur boutique pour me soutenir durant ma prestation et calmer deux habitants (un homme d'environ 70-75 ans et d'une vieille dame). Voici quelques mots de leur part : "Mes petits-enfants dorment" (c'était une prestation de jour à 17h30). "Arrêtez de chanter, allez travaillez en grande surface, ils recherchent du monde feignant. En plus, vous chantez mal. Connard"...

Et plus ça va, plus ce genre de personnes deviennent décomplexées. Et en cas de souci, la mairie fait le dos rond. La police ne peut que constater sans un dépôt de plainte. Les commerçants s’offusquent sur le moment puis reprennent le cours de leur journée. Les badauds sont choqués deux minutes puis retournent à leur visite. Et ensuite plus rien. Les artistes restent seuls face au danger…

Cela fait deux semaines que nous avons eu plusieurs échanges à ce sujet avec plusieurs policiers. Deux semaines qu’ils nous racontent tous que nous avons raison d’agir. Que les quelques grincheux qui ne supportent plus rien, feraient mieux d’aller s’installer ailleurs que dans un centre-ville historique(ment) animé. Plutôt que de littéralement pourrir la vie de toute une ville.

Comptez sur nous désormais pour pour défendre les artistes de rue. Puisque personne ne le faisait jusqu’alors.

Pour terminer en musique, voici une petite chanson sur le sujet interprétée par Solenn et mise en ligne le 31 août dernier:
À bon entendeur 🎶

Cet article sera mis à jour régulièrement.